digital-hifi
Haute-Fidélité et Salles de Cinéma privées
ACCUEIL HAUTE FIDELITE CINEMA Produits Services

INTÉGRATION D’UN CAISSON DE BASSES EN STÉRÉOPHONIE

Un caisson de basse étant une enceinte additionnelle, il est nécessaire de l’intégrer  harmonieusement aux enceintes principales.  Les circuits électroniques associés à l’amplificateur du caisson permettent de régler la fréquence à partir de laquelle le caisson fonctionne (réglage de Xover), d’ajuster la phase du signal d’entrée entre 0 et 180° pour s’assurer d’une contribution positive de son apport par rapport aux signaux issus des enceintes principales et bien sûr d’un réglage de niveau global.

La fréquence de Xover dépend de nombreux paramètres. On prêtera notamment attention :

On notera que ce dispositif de principe est très imparfait puisque le réglage de Xover n’agit pas sur le signal délivré aux enceintes principales et que la puissance acoustique délivrée par le caisson est largement en retard par rapport à celle délivré par les enceintes (20 mS est une valeur typique) à cause :

Ce point est trop souvent négligé par ignorance des propriétaires, ignorance confortée par le fait que les documentations produits se gardent bien de les avertir sur ce point.


UNE INTÉGRATION PARFAITE... EN PHASE

Idéalement, il faudrait

De fait, pour obtenir une intégration harmonieuse d’un caisson, il faut prendre autant de précautions que si on devait l’intégrer comme une voie supplémentaire des enceintes principales.

Comme 99% (100% ?) des pré-amplificateurs stéréophoniques ignorent superbement cette fonctionnalité d’intégration, on comprend mieux pourquoi le Caisson de Basses n’a franchement pas la faveur des audiophiles.

Et pourtant... Il y a des solutions.

L’ÉGALISATION - LE POUR ET LE CONTRE

On sait aussi que, compte tenu de la bande de fréquences dans laquelle il fonctionne, le caisson de basses excite les modes résonnant des salles d’écoute, ce qui oblige

Ceci est vrai pour le caisson au-dessous de la fréquence de Xover sélectionnée mais aussi pour les enceintes principales dans la bande F.Xover – 200 Hz, (200 Hz étant un bon ordre de grandeur  en terme de fréquence de transition) de nos salles d’écoute « normale ».

Les puristes préféreront traiter acoustiquement de façon passive voire fabriquer une salle «zéro mode» (pas de modes résonnant) mais autant dire que les coûts et les difficultés de conception associés les réservent aux applications professionnelles. Comme d'habitude, un savant mélange de correction passive/active aboutit à un compromis plus que satisfaisant sur de nombreux critères notamment dans les pièces à vivre.

Des précautions sont à prendre lorsqu’on égalise, qui rendent l’utilisation de dispositifs automatiques aléatoires :

  1. Il se trouve que l’égalisation fonctionne plutôt bien dans le domaine qui nous intéresse car nos salles d’écoute fonctionnent  plutôt «à phase minimum» en basses fréquences (les personnes désireuses de trouver plus d’information sur ce sujet trouveront des réponses sur Internet) mais des régions subsistent où ce n’est pas le cas. Or il est important d’identifier ces zones pour éviter de les égaliser et obtenir au final des résultats pires que si l’on n’avait rien fait.
    (Exemple typique : les trous de fréquences)
  2. Les mesures en basses fréquences nécessitent des précautions et une simple détection d’amplitude se révèle insuffisante pour identifier les problèmes. D’ailleurs il arrive que lors de certains cycles de mesures, le caisson ne soit tout simplement pas détecté...
  3. Enfin, on sait bien sûr que l’égalisation n’est valable qu’au point d’écoute (au point de mesure), ou au mieux, dans une zone d’écoute limitée. Cependant, comme la notion de sweet spot en stéréophonie ou en multi canal limite de toute façon cette zone, on pourra se satisfaire de ce résultat.

LES DISPOSITIFS D’INTÉGRATION

On l’aura compris, il convient désormais de distinguer les égaliseurs purs et les systèmes dits de Gestion des Hauts-Parleurs, sachant que seule la deuxième catégorie est susceptible d’intégrer réellement un caisson de basses à un système de reproduction Audio digne de ce nom.

Égaliseurs purs : Ils existent soit sous forme de dispositif intégrés au caisson de basses, soit sous       forme de boîtier séparé. Le standard de performances aujourd'hui est un DSP (Digital Signal       Processor) permettant de gérer au moins 8 filtres paramétriques calculés automatiquement à l’aide      d’un micro de mesures.

Si l’on considère les boîtiers séparés, on connaît :

Si on considère les dispositifs intégrés, beaucoup de caissons incorporent des dispositifs d’égalisation plus ou moins élaborés. De fait, un caisson haut de gamme du marché se présente aujourd’hui sous la forme d’un caisson clos, asservi, muni d’un dispositif d’égalisation paramétrique avec un micro de mesure incorporé.






Les Système de gestion de Hauts-Parleurs :
Les solutions externes présentent des caractéristiques plus ou moins complètes dans une gamme de prix allant de 300 à 4000 € :

Ces systèmes de gestion de HP offrent toutes les fonctionnalités nécessaires via un calibrage manuel.

L’intégration complète Haut de gamme

L’intégration des subwoofers n’est qu’une des fonctionnalités offertes par les Optimizer.
Ils présentent en effet deux autres caractéristiques fondamentales


L’intégration d’un caisson au sein d’un système Cinéma >














On comprend cependant que si le caisson est haut de gamme, la solution ne l’est pas. Une solution haut de gamme suppose un caisson clos, asservi (caisson clos) ou pas (caisson BR) et intégré aux enceintes principales à l’aide d’un dispositif externe responsable de la mise en phase respective des enceintes et du caisson ainsi que de leur égalisation au point d’écoute.